Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 21:18

J’ai donc vu le film de Guillaume Gallienne, « Les Garçons et Guillaume à table ». J’ai passé un bon moment, certes mais à mon sens ce n’est quand même pas  « le film » de l’année.

Malheureusement une fois encore tous les effets sont dans la bande annonce ! 

C’est un bon film mais je préfère Guillaume Gallienne dans le rôle de comédien plutôt que celui de réalisateur. 

Quelle perfection il atteint  dans son jeu d’acteur, il est juste en tout.

Ce garçon est un « Stradivarius » du théâtre.  Quelle chance il a de pouvoir ainsi jouer les femmes sans l’ombre d’une ambigüité dans la critique !

guillaume-gallienne-interpete-sa-propre-mere-118825 w1000

De mon temps (je hais cette expression) ce n’étais pas possible, hélas pour moi.

Lorsque j’ai débuté au théâtre mes maîtres Robert Hirsch, Jean Le Poulain et  Jacques Charon ne se travestissaient que pour le gala de l’union des artistes ou dans des soirées privées.

Hirsch

Jamais ils ne leur seraient venu à l’idée de jouer « Lucrèce Borgia » comme va le faire Guillaume au Français !

En 1978, je pense avoir été le premier au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris  à proposer « La » scène de la biscotte extraite de la cage aux folles !

J’ai cru que des professeurs comme Pierre Debauche ou Antoine Vitez allaient s’étrangler ! Ils n’étaient pas homophobes mais il n’y avait pas de place pour ce genre de délires.

Merci, les temps ont changé et aujourd’hui Guillaume Gallienne, Michel Fau ou encore Olivier Py s’en donnent à cœur joie au plus grand bonheur des spectateurs. 

Dans les années « 80 » il n’y a eu que sur les scènes des cabarets que j’ai pu donner libre cours à mes extravagances. 

Michette-copie-1.jpg

Mais je n’ai pas dit mon dernier mot, les temps ont changés, pas mes envies de jouer des personnages « décalés »

 

 

Repost 0
Published by Adrien Lacassaigne
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 20:38

La nouvelle pièce de Florian Zeller, « Le Père », est époustouflante et Robert Hirsch est grandiose et bouleversant.

le_pere_robert_hirsch.jpg

 

Tout n'est pas expliqué, mais la trame est évidente. Le vieil André, personnage avec lequel Robert Hirsch fait un retour étourdissant, est devenu trop fragile et incohérent pour rester seul chez lui. Le spectateur entre immédiatement dans le désarroi de cet homme, dans ses vérités qui partent en morceaux grâce à l’écriture de Florian Zeller qui s'avère d'un éclat surprenant et d'une profonde humanité.

 

Ladislas Chollat, signe une mise en scène juste et brillante dans un très beau décor d'Emmanuelle Roy

On n'en apprécie également les partenaires de Robert Hirsch.

sipa-695636-jpg_478027.JPG

D'abord Isabelle Gélinas, d'une magnifique présence et Patrick Catalifo, Élise Diamant, Sophie Bouilloux et Éric Boucher, ils sont tous très bien.

 

Robert Hirsch confirme ici, encore une fois, à 87 ans qu’il est le plus grand comédien français.

 

 Au Théâtre Hébertot à Paris.

Repost 0
Published by Adrien Lacassaigne
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 08:31

Cette année j’avais décidé de profiter de mes vacances pour m’initier à l’art du tapissier.

J’ai choisi de passer une semaine chez Sylvie Martin, installée à Fondettes (37).

J’ai toujours aimé travailler de mes mains et après ma formation professionnelle en broderie d’ameublement chez « Lesage » à Paris il y a quelques années j’imaginais que cela serait un joli complément. 

Je ne me suis pas trompé, quel bonheur de faire revivre un vieux fauteuil en découvrant la méthode traditionnelle.

 

J'ai acheté un vieux fauteuil Bridge 20€ sur "Le Bon Coin" je l'ai complètement mis à nu.

IMG_2358.JPG

Au programme du stage : sanglage, pose de ressorts (guindage), mise en crin, coutures, mise en blanc, pose de tissu et de passementerie.

IMG_2438.JPG

J’ai vraiment adoré cette semaine et le résultat n’est pas si mal pour un premier fauteuil, car inutile de vous dire qu’un second est déjà en cours.

Les stages coûtent 350€, plus les fournitures et le tissu. (Un barème des fournitures consommables vous sera remis le 1er jour en fonction du siège à réaliser) Au total, comptez entre 550€ et 600€ le fauteuil pour votre semaine.de stage

L'outillage sera à votre disposition.

Renseignements : http://www.notabene37.com

Mon métier d’animateur m’a certes offert de grande joies mais j’en suis certain aujourd’hui j’aurais adoré travailler de mes mains dans mon atelier…

Repost 0
Published by Adrien Lacassaigne
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 12:14

Avez-vous déjà eu envie d’écrire une lettre à un ami décédé ?

Figurez-vous que c’est ce qui m’arrive aujourd’hui car je suis en colère.

L’ami en question s’appel Jean-Michel Thibault un homme d’une rare élégance qui était comédien, metteur en scène et directeur du théâtre qu'il avait créé à Charleroi : « Le Vaudeville ».

 

JMT.JPG

 

Explication : Je suis en train de me débarrasser d’énormément de vielles choses qui m’encombrent dont un nombre fou de vielles cassettes.  Par mesure de sécurité je les écoutes un peu avant de les mettre à la poubelle.  Je viens de tomber sur l’enregistrement d’une émission de radio belge ou mon ami Jean-Michel, lui qui était si discret, se répand en révélations douteuses sur sa vie privé et je l’entends dire :

- J’ai vécu toute ma vie avec un boulet !

Je suis triste et choqué.  Le boulet en question c’était Jean-Louis, son compagnon de toujours.

Voilà ce qui me pousse à lui écrire en sachant très bien que ma lettre est inutile…

 

Jean-Michel,

 

Tu sais l’affection et l’admiration que j’ai pour toi mais ce que je viens de t’entendre dire n’est pas digne de toi.

Comment oses-tu traiter Jean-Louis de boulet ?

Tu oublie toutes ces années ou vous avez été un couple magnifique.  Bien avant que le mariage entre garçons soit possible en Belgique vous aviez su vous imposer à tous comme un modèle de respectabilité.

Ta passion du théâtre Jean-Louis t’as permis de la vivre à fond.  C’est quand même grâce à lui et au salon de coiffure qui portait ton nom (alors que tu n’as jamais été coiffeur, je te le rappel) que vous avez pu vivre confortablement et que tu as pu te consacrer au théâtre sans te soucier des finances.  Dois-je te rappeler que tu roulais en Porsche ?

Je sais, Jean-Louis était alcoolique et c’était parfois compliqué à gérer mais de ton côté tu le trompais sans cesse, tu le sais.  Vous aviez tous les deux vos faiblesses ce n’est pas juste de la traiter ainsi.  Tu l’as quitté pour un gigolo qui t’a ruiné, ça aussi dois-je te le rappeler ?

Jean-Michel, tu étais un type formidable ceux que tu as désigné comme tes successeurs ne te mérite pas, il n’y a même pas un mot sur toi sur le site internet du théâtre que tu as créé, mais ça c’est un autre débat.  Comme quoi tu t’es parfois trompé mon gars !

Chaque fois que je vais en Belgique, je vais sur ta tombe, la dernière fois il y avait des fleurs en plastique, je les ai mise à la poubelle, bien entendu.

Comme Jean-Louis t’a rejoint, faite la paix les garçons, rien que pour moi qui vous ai tant aimé tous les deux.

 

Adrien.

Repost 0
Published by Adrien Lacassaigne
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 15:42

Que c’est pratique !

Pas besoin de vous envoyer une carte postale de Nouvelle Zélande, « France Dimanche » s’est chargé de vous donner de mes nouvelles…

Bon, dans la chronique « Que sont-ils devenus ? » Ok, ça le fait moyen ! La prochaine fois c’est la nécrologie…

Mon égo s’est amusé de cet article, mais franchement qui pouvait se souvenir que j’ai présenté « l’Ouf de Colomb » ?

Là ou je suis stupéfait, c’est que je n’étais absolument pas au courant, c'est-à-dire que je n’ai même pas reçu un coup de téléphone, ni même un mail. Les infos sont presque justes, mais pas dans le bon ordre !

Je n’ai pas arrêté la télé pour « préférer » revenir à mes premiers amours…le théâtre et la danse. C’est le contraire. J’ai arrêté le théâtre et j’avais arrêté la danse depuis bien longtemps pour faire de la télé. Et lorsque la télé s’est arrêtée (sans me demander mon avis) je suis entré à Radio France.

En revanche j’ai bien quitté l’équipe du Cabaret Madame Sans Gêne le dernier soir de 2011 mettant un terme définitif à ma carrière de transformiste.

Ne lisez pas « L’Ecrivain Travesti » c’est un navet sans intérêt en revanche je viens de terminer l’écriture de « Regardez-moi » un petit livre sur mes années de transformiste que je vais peut-être me décider à publier, je ne sais pas encore.

Et vive France Dimanche ! lol

 

 photo-France-Dimanche-copie-1.JPG

Repost 0
Published by Adrien Lacassaigne
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 18:43

De retour de Nouvelle Zélande, je prendrai le temps d’ici quelques jours pour vous proposer quelques photos. Parmi les souvenirs marquants, les paysages époustouflants bien entendu mais aussi des anecdotes comme la gentillesse incroyable  des caissières des supermarchés.  C’est tout bête mais à chaque fois (et j’ai visité une dizaine de villes) à votre arrivée à la caisse elles vous sourient en vous demandant tout simplement : Comment allez-vous ? Avez-vous passé une belle journée ?  

Étonnant et touchant.

 

Ce lundi de reprise j’ai été obligé de faire quelques courses chez Auchan de Tours Nord, il fallait bien remplir le frigo… Quelle ne fut pas ma surprise de me faire sèchement dégager de la caisse (pourtant ouverte) que j’avais choisie.

La caissière à la mine peu avenante  m’a simplement dit : passez à côté moi j’arrête !

caisiere.JPG

Pas de doute les vacances sont finies, pas de doute je suis en France.

 

Repost 0
Published by Adrien Lacassaigne
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 06:23

Pourquoi j’ai tant aimé la Nouvelle Zélande...

 

J’ai grandi avec la Nouvelle Zélande dans la tête. Dans les années « 50 »mes parents ont reçu une proposition, celle-ci venait d’un missionnaire protestant Néo zélandais. Ils devaient immigrer en Nouvelle Zélande. Mon père n’étant pas un aventurier, je suis né en Belgique ! Mais depuis plus de 50 ans j’entends ça : «  Et dire que tu aurais du naître en Nouvelle Zélande ».

New Zealand 479

 

Il fallait donc que je fasse le voyage. Est-ce cette anecdote qui influence mon sentiment vis-à-vis de ce pays ? Je ne sais pas en tout cas j’ai adoré le Nouvelle Zélande. Auparavant  j’en ai vu des jolis coins sur la terre, les Maldives, Bora-Bora, Les Marquises, le bassin d’Arcachon… La Nouvelle Zélande est tout à la fois.

New Zealand 168

Sauvage et volcanique, New Zealand 420

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 verte et tendre,New Zealand 301

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

charmeuse sur ses  plages de sable blanc,New Zealand 201

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sportive sur mer comme sur terre avec ses « All Blacks », productive et divine si vous traversez les vignobles du Marlborough.

 

New Zealand 358

Ses grandes villes sont humaines et responsables.

New Zealand 502

Bien que n’ayant jamais conduit à gauche, nous avons loué une voiture et sommes partis à la découverte de la Nouvelle Zélande.  Nous avons pris les chemins de traverse (j’ai parfois regretté de ne pas avoir un 4x4) en nous arrêtant où nous-en avions envie, nous avons découvert une Nouvelle Zélande authentique et accueillante.New Zealand 139

C’est peut-être le seul conseil que je donnerai à ceux qui ont envie de découvrir ce pays, prenez une voiture et partez à votre rythme.

Nous n’avons hélas pu découvrir que l’île du nord mais l’an prochain nous prendrons la direction de l’île du sud.

New Zealand 389

Et dire que j’aurais du naître en Nouvelle Zélande !

 

Repost 0
Published by Adrien Lacassaigne
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 17:09

Même s’il est vrai que je préfère assister à une représentation théâtrale dans un théâtre, je n’ai pas pu résister à l’envie de regarder « Le Fil à la patte » de Feydeau l’autre soir sur France 2.

Je suis ravi que le théâtre ait de nouveau sa place à la télévision. Il y a 15 ans lorsque j’étais sur France 5 nous avions proposés avec des amis une émission sur le théâtre justement et nous nous étions entendus dire que ça n’intéressait personne ! Aujourd’hui même la danse de salon a son « prime time » sur Tf1 !

 

Pour en revenir à la représentation du Feydeau par les comédiens du « Français » quel fête !

J’ai A D O R E ! Ils jouent tous à la perfection, quel bonheur et quelle fierté pour la France de posséder une telle maison. J’attendais avec impatience de voir ce qu’allait donner le rôle de « Bouzin » associé dans mon esprit à Robert Hirsch qui est à mes yeux le plus grand comédien français. Bouzin c’est Hirsch et c’est tout !

 

Quelle ne fut pas mon étonnement de découvrir Christian Hecq !

boliloc_christian_hecq_dans_les_reves_de_philippe_genty_ala.jpg

Il est absolument étonnant, à pleurer pour les comédiens ratés comme moi qui rêvais à 18 ans d’entrer à la comédie Française.

Vous savez lorsque je vois de telles performance souvent je pleure. Devant mon écran de télé, au cinéma, au théâtre…je pleure devant de tels talents qui soulignent encore d’avantage ce don que je n’ai pas, ou ces mauvais choix que j’ai fait, ou mon manque de volonté, bref mes faiblesses.

 

Ils sont si formidables ces comédiens et comédiennes qui nous font vibrer. Ils sont souvent authentique, sincère, lumineux. Moi ça m’émeut !

Christian Hecq fait partie de ces perles rares.

Robert Hirsch reste le plus grand comédien vivant en France. Son interprétation de « Bouzin » est inscrite dans les annales du théâtre français (entre autres) mais il faut penser à ajouter celle de Christian Hecq.

 

un_fil_8797.jpg

Et moi qui rêvais à 18 ans d’être un jour le nouveau « Robert Hirsch » je dois constater que la place est prise par Christian Hecq.

Je me console en me disant qu’il est né en Belgique…comme moi !

 

 

PS : dans cette pièce de Feydeau, Thierry Hancisse et Guillaume Gallienne bien entendu étaient aussi parfaits.

Et vive le théâtre.

Repost 0
Published by Adrien Lacassaigne
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 08:40

La Cage Aux Folles 2010 !

La-Cage-aux-folles-TF1-diffusera-la-piece-avec-Clavier-et-B.jpg

Tristesse ! Quoi dire d’autre lorsqu’on réserve une place pour aller voir cette pièce et que l’on s’attend à rire pendant deux heures et qu’en fin de compte j’ai à peine souri un instant à une réplique de second rôle.

J’ai vu la Cage Aux Folles en 1976 au théâtre du Palais Royal. Avec Jean Poiret et Michel Serrault, et voilà, tout est dit, tout est là ! Cette pièce écrite sur mesure pour ces deux monstres sacrés ne souffre pas le  fac-similéo. Je m’étais pourtant préparé, je savais que je ne pouvais pas retrouver la même magie du rire toutes les 10 secondes, mais amateur du genre je voulais quand même voir de mes yeux ce que je redoutais et de ce côté-là je n’ai pas été déçu, ni Clavier ni Bourdon n’arrivent à la cheville des créateurs de la pièce.

Pour être honnête le texte, même si il a été un peu modifié  a quand même vieilli. Mais le manque de magie tient essentiellement à la distribution.

Christian Clavier fait du Christian Clavier. Ce n’est pas un mauvais comédien, mais le rôle n’est pas pour lui. Il n’a pas l’élégance de Jean Poiret et tout dans ce personnage de Georges doit être "élégance". Ce spectacle me fait penser à un one man show «  Clavier » avec quelques figurants autours pour le mettre en valeur, mais même ça, ca ne marche pas.

Didier Bourdon, le pauvre, il  s’essaye à quelques grimaces caricaturales, rien ne fonctionne. Lui non plus n’est pas mauvais comédien, mais là il s’est attaqué à un rôle qui est trop pour lui. Qui plus est, il se sent obligé pour jouer le travesti de prendre une voix perchée absolument ridicule. Il ne m’a jamais fait rire. Michel Serrault était juste, il n’essayait pas d’imiter un travesti, il était Zaza, tout simplement. Pauvre scène de la biscotte réduite à sa plus simple expression, qui récolte juste quelques sourire  car on se dit – Ah là voici la fameuse scène…et hop elle est déjà finie…

Je ne parle pas de la mise en scène, je n’en ai rien vu.

La scène du boucher, coupée !

Dans la distribution les seconds rôles ne s’en sortent pas mal à l’exception du rôle du fils. Thomas Sagols, une catastrophe. Je me demande comment il a obtenu le rôle ? On le dirait tout droit sorti d’une classe de première année d’un cours d’art dramatique. Bonne nouvelle pour tout ceux et celles qui zozotent et qui jusqu’ici pensaient qu’ils ne pouvaient pas jouer au théâtre, Thomas Sagols vous ouvre la voie. Le jeune Thomas n’a ni le physique ni le charisme nécessaire pour interpréter Laurent. Monsieur le metteur en scène pour que la scène de l’arrivée de « Laurent » fonctionne ce dernier doit être sexy ! Comment cela a pu vous échapper ? J’ai une tendre pensée pour Rémy Laurent qui était parfaitement le personnage dans le film et pour Philippe Lavot qui était irréprochable à la création. Edouard Collin eut été parfait !

On attend bien entendu le célèbre Jacob, interprété en 2010 par Thierry Laurion. Là aussi l’image de l’irremplaçable Bennie Luke nous hante. Il était Jacob puisque c’est lui qui a tout inventé. Mission impossible pour Thierry Laurion. Il dégage une belle énergie mais ça ne suffit pas, il n’est pas aidé.

Marie-Hélène Lentini et Christian Pereira dans les rôles de Mr et Mme Dieulafoi sont très biens, ils sont justes, ayons ici une pensée pour Marco Perrin qui tenait  le rôle à la création.

Daniel-Jean Colloredo, est très juste aussi en Tabaro. On sent qu’il s’amuse bien est nous partageons avec lui ces bons moments. Paul Demange était Tabaro à la création, quel comédien.

Manoëlle Gaillard a repris le rôle que tenait Jacqueline Mille, Simone. Elle est très bien, juste élégante et si belle femme.

Et pour terminer si n’y a qu’un comédien qui m’a fait rire, un seul qui pour moi est véritablement le personnage c’est Philippe Béglia dans le rôle de « Mercédès ». Monsieur Béglia est probablement le comédien qui est le plus proche de l’esprit « Poiret-Serrault » Il aurait peut-être été une bonne « Zaza ».

Mercedes.jpg

Bref j’ai passé une soirée ordinaire et à 70 euros la place je le regrette.

Ah oui, j’oubliais, le final !

Les costumes sont beaux mais alors quelle banalité que de reprendre  « It’s raining men » !

Comment un producteur comme Jean-Claude Camus ne pense t’il pas à se faire écrire une musique originale ? Jean-Jacques Debout aurait certainement composé une chanson pétillante qui nous aurait fait oublier en 3 minutes les 2 heures de grisaille que nous venions de subir.

Et n’allez pas croire que c’est ce genre de théâtre qui ne me plait pas, j’ai passé une bien meilleure soirée avec Pierre Palmade et son « Comique » ou encore avec Amanda Lear dans  « Panique au Ministère » qu’avec  La Cage Aux Folles 2010, quelle tristesse...

Je préfère me souvenir...

 

 3645439rhzxg.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Costa du Centaure
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 07:31

Pourquoi j’aime autant l’Australie ?

Je n’ai pas la réponse, il y a des parties du monde comme ça qui nous attirent, on ne sait pas pourquoi ? Il y a eu Sydney dans un premier temps, une cité épatante avec ces joggeurs citadins, son opéra, oxford street… mais si vous restez à Sydney vous n’avez pas vu l’Australie, vous avez vu Sydney ! Qu’on se le dise.  Second voyage donc pour moi, Brisbane.

Brisbane 112Très différent de Sydney, plus humain, plus « province » avec tous ces charmes (je suis un homme de province). Ce n’est pas que les habitants de Sydney ne soient pas sympas, au contraire, mais ils n’ont pas le temps… A Brisbane,  J’ai eu la chance de séjourner chez mon amie Francine qui y habite depuis 10 ans.

Brisbane-600.JPG Il n’y a rien de mieux que de vivre chez l’habitant pour bien sentir les subtilités d’une ville.

Si vous êtes à Brisbane ne pas rater « Lone Pine Koala Sanctuary » rien que pour la photo avec un koala dans les bras, c’est un peu kitch, mais on s’en fou, non ?

Koala.jpg

Et pensez aussi à « Fraser Island ». L'île est la plus grande île de sable du monde avec une superficie de 1 840 km2, une longueur de 123 kilomètres, que vous parcourriez en 4x4 sur les plages ! Incroyable.

 fraser-island.jpg

Le sable s'est accumulé sur cette île le long de cette portion de la côte du Queensland pendant quelque 750 000 ans. L'île a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1992. A ne pas faire en une journée, prenez 2 jours, il y a des Tours Opérateur depuis Brisbane qui sont  très bien organisés, par exemple : « Sunset Safaris ».

Aerial_Indian_Head.jpg

 

La prochaine étape pour nous sera peut-être  Uluru en terre aborigène.

 

uluru.jpg

Petit conseil faite attention à votre compagnie d’aviation car le voyage depuis Paris est long et  si vous n’avez pas les moyens de vous offrir un billet en « première » pensez à vos jambes !  « Emirates », est pas mal, surtout l’Airbus A 380.

 

Brisbane-048.JPG

Repost 0
Published by Costa du Centaure
commenter cet article