Le garçon en talons hauts - chapitre 1

Publié le par Adrien Lacassaigne

Regardez-moi, en talons hauts le rouge aux lèvres, fille où garçon je vis mes rêves.

Regardez-moi, pour exister, me faire aimer je suis prêt à tous les excès.

Regardez-moi, pour ressembler à mes étoiles, c’est toute mon âme que je dévoile.

Regardez-moi, à force de n’être qu’une chanson j’en avais perdu la raison.

Ce soir je veux être ma vie, rire et pleurer comme j’ai envie, ne pas avoir à me cacher derrière des yeux trop maquillés.

Ce soir je veux être ma vie, rien qu’un instant, rien qu’une nuit, ne plus jouer la comédie, me faire aimer tel que je suis. Regardez-moi, en talons hauts le rouge aux lèvres, sans m’épargner je vis mes rêves.

Regardez-moi, pour un sourire ou une larme, sans hésiter j’offre mes charmes.

Regardez-moi, faire la chanteuse, triste ou frivole pour faire revivre mes idoles.

Regardez-moi, à trop jouer à faire semblant j’en oublie qui je suis vraiment.

Ce soir je veux être ma vie, rire et pleurer comme j’ai envie, ne pas avoir à me cacher derrière des yeux trop maquillés.

Ce soir je veux être ma vie, être accepté tel que je suis, Et sans regret je vous le dis je suis un garçon travesti.

 

Voilà, tout est dit !

Cela mérite quand même quelques explications…

Je suis un homme ordinaire, je m’appelle Adrien Lacassaigne, c’est mon vrai nom, mais dans les années « 80 », lorsque je portais des talons aiguilles on m’appelait : « Bernard l’Hirondelles ». J’étais un artiste à l’ambigüité adroitement apprivoisée, un travesti, une drag queen, un artiste transformiste.

 

Aujourd’hui j’ai presque 60 ans, ça fait bien longtemps que j'ai chaussé une paire d’escarpins, heureusement pour moi, parce que franchement une vielle folle mal chaussée, il n’y a rien de plus pathétique ! Il suffit pour s’en rendre compte de trainer sur les réseaux sociaux. Le web regorge de créatures époustouflantes. Tout le monde aujourd’hui s’exhibe allègrement parfois sans se rendre compte du ridicule, moi y compris. Combien de fois ne me suis-je exclamer devant une photo publiée par des artistes croisés autrefois : - Oh mon dieu, comment il est devenu, c'est affreux !

 

Un cri spontané incontrôlable.

 

Je sais ce n’est pas sympa, mais ils en font probablement autant à mon sujet. Et puis vous découvrirez très vite en lisant ce qui va suivre que le qualificatif "sympa" n'est pas celui qui vient spontanément à l'esprit quand on parle de moi!

 

Tout cela pour revenir à mes « presque » 60 ans.

 

Cela fait bien longtemps que je pensais écrire mes souvenirs d’une vie passée, d’une vie tellement riche d’anecdotes incroyables.  Je dis « souvenirs » car le terme d’autobiographie me semble trop prétentieux.  Je ne suis en effet ni célèbre, ni méritant,  ni même "particulier" au point de consacrer un récit de ma vie qui pourrait intéresser qui que ce soit !

 

Lorsque l’idée et l'envie d’écrire me venait, je me disais : ça ne va intéresser personne et ça ne « marchera » pas ! 

Et voilà justement ce qui m’a décidé à publier ce livre. 

 

Faut-il vraiment que ça « marche » ?

 

Je me suis posé ces deux questions :

 

As-tu été un artiste ?

Je crois que oui.

 

As-tu envie de raconter ce que tu as vécu ?

Oui, je crois en avoir envié.

 

Je suis un artiste qui s’est beaucoup trompé, qui n’a pas toujours été très travailleur, qui a fait des mauvais choix, qui n'a véritablement rien créé d'exceptionnel, qui n'a jamais connu le succès et surtout qui n'a pas toujours été très "sympa".  En revanche s’il est bien un mot pour désigner ce que fut ma vie je pense que c’est bien celui d’artiste.

 

VTS_01_2.jpg

 

Alors, je me fou que ce livre « marche » ou pas.  Car justement parmi les erreurs à éviter, l’artiste ne doit pas faire les choses « pour que ça marche » !

 

Il faut évidemment travailler de son mieux, donner le maximum et être honnête dans son art, mais celui qui calcul son investissement artistique en fonction d’une réussite évidente se trompe de combat. 

 

Et ce qui a fini par me décider d’écrire c’est cette réflexion sur : « Les erreurs à éviter ».

 

Mais rassurez-vous, je n’ai aucunement l’intention de donner des leçons comme le font si souvent aujourd'hui des vieux artistes qui s’accrochent à leur gloire passée.  Je déteste entendre à la radio où à la télévision ces vieux chanteurs où vieux journalistes qui ont l’impression d’avoir tout vu, tout connu et qui donnent des leçons de vie à chaque interview qu’on veut bien encore leur consacrer.

 

J’ai simplement envie de faire part de mes expériences, de mes rencontres, de mes doutes avec juste ce constat de temps en temps : « Ici je me suis trompé » où juste cette question de temps en temps : « Etais-ce si grave que ça ? »

 

Pourquoi ne devrait-il y avoir que les récits de vies des célébrités du monde des arts, de la politique où autres intellectuels qui soient intéressantes ?

 

 

Arrivé à un certain âge, tout le monde devrait se retourner sur son passé en se disant peut-être tiens là je me suis trompé, j’ai fais une erreur, j’ai mal choisi…Et de cette façon peut-être éclairer les autres. 

 

A mon sens, toutes les vies sont riches, et les récits de biens des inconnus pourraient être utiles à d’autres.  Il y a des enseignements à tirer de la vie d’une caissière de super marché, d'un facteur, d’un garagiste et pourquoi pas d’un artiste transformiste ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article