Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean-Michel Thibault, comédien.

Publié le par Adrien Lacassaigne

Avez-vous déjà eu envie d’écrire une lettre à un ami décédé ?

Figurez-vous que c’est ce qui m’arrive aujourd’hui car je suis en colère.

L’ami en question s’appel Jean-Michel Thibault un homme d’une rare élégance qui était comédien, metteur en scène et directeur du théâtre qu'il avait créé à Charleroi : « Le Vaudeville ».

 

JMT.JPG

 

Explication : Je suis en train de me débarrasser d’énormément de vielles choses qui m’encombrent dont un nombre fou de vielles cassettes.  Par mesure de sécurité je les écoutes un peu avant de les mettre à la poubelle.  Je viens de tomber sur l’enregistrement d’une émission de radio belge ou mon ami Jean-Michel, lui qui était si discret, se répand en révélations douteuses sur sa vie privé et je l’entends dire :

- J’ai vécu toute ma vie avec un boulet !

Je suis triste et choqué.  Le boulet en question c’était Jean-Louis, son compagnon de toujours.

Voilà ce qui me pousse à lui écrire en sachant très bien que ma lettre est inutile…

 

Jean-Michel,

 

Tu sais l’affection et l’admiration que j’ai pour toi mais ce que je viens de t’entendre dire n’est pas digne de toi.

Comment oses-tu traiter Jean-Louis de boulet ?

Tu oublie toutes ces années ou vous avez été un couple magnifique.  Bien avant que le mariage entre garçons soit possible en Belgique vous aviez su vous imposer à tous comme un modèle de respectabilité.

Ta passion du théâtre Jean-Louis t’as permis de la vivre à fond.  C’est quand même grâce à lui et au salon de coiffure qui portait ton nom (alors que tu n’as jamais été coiffeur, je te le rappel) que vous avez pu vivre confortablement et que tu as pu te consacrer au théâtre sans te soucier des finances.  Dois-je te rappeler que tu roulais en Porsche ?

Je sais, Jean-Louis était alcoolique et c’était parfois compliqué à gérer mais de ton côté tu le trompais sans cesse, tu le sais.  Vous aviez tous les deux vos faiblesses ce n’est pas juste de la traiter ainsi.  Tu l’as quitté pour un gigolo qui t’a ruiné, ça aussi dois-je te le rappeler ?

Jean-Michel, tu étais un type formidable ceux que tu as désigné comme tes successeurs ne te mérite pas, il n’y a même pas un mot sur toi sur le site internet du théâtre que tu as créé, mais ça c’est un autre débat.  Comme quoi tu t’es parfois trompé mon gars !

Chaque fois que je vais en Belgique, je vais sur ta tombe, la dernière fois il y avait des fleurs en plastique, je les ai mise à la poubelle, bien entendu.

Comme Jean-Louis t’a rejoint, faite la paix les garçons, rien que pour moi qui vous ai tant aimé tous les deux.

 

Adrien.

Partager cet article

Repost0