Bigoudis, biceps & Cie 3

Publié le par Adrien Lacassaigne-Vivier

Pourquoi coucher mes souvenirs sur le papier ?  Deux choses m’y ont poussé. 

Premièrement, au moment de la retraite il y a une période que j’ai trouvé particulièrement pénible, c’est la constitution du « dossier ». Il faut réunir un maximum de feuilles de paie qui justifient les fameux « trimestres » cotisés. Quand, comme moi on a travaillé dans plusieurs pays différents, avec un nombre important d’employeurs dont la moitié avaient « oublié » de nous déclarer, c’est un peu comme si je participai à Koh-Lanta. Une corvée qui m’a pris des semaines, mais qui en fin de compte m’a permis de retrouver de ci de là pas mal de documents. Quelle ne fut pas ma surprise de me dire devant certains contrats : j’avais totalement oublié que j’avais fait cela ! C’est effrayant !

Deuxième chose, je m’étais promis que lorsque j’aurais du temps, ce qui est maintenant le cas, je numériserais les centaines de photos qui traînent dans des cartons ou des albums. Même constat, je me suis souvent exclamé devant un cliché : j’avais totalement oublié cela ! Pire : qui est cette personne avec moi sur la photo !!!

Il était grand temps de mettre un peu d’ordre dans les boîtes et dans ma tête.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article