Bigoudis, biceps & Cie 1

Publié le par Adrien Lacassaigne-Vivier

Regardez-moi en talons hauts, le rouge aux lèvres, fille ou garçon je vis mes rêves.

Regardez-moi, pour exister, me faire aimer je suis prêt à tous les excès.

Regardez-moi, pour ressembler à mes étoiles, c’est toute mon âme que je dévoile.

Regardez-moi, à force de n’être qu’une chanson j’en avais perdu la raison.

 

Ce soir je veux être ma vie, rire et pleurer comme j’ai envie, ne pas avoir à me cacher derrière des yeux trop maquillés.

Ce soir je veux être ma vie, rien qu’un instant, rien qu’une nuit, ne plus jouer la comédie, me faire aimer tel que je suis.

 

Regardez-moi, en talons hauts le rouge aux lèvres, sans m’épargner je vis mes rêves.

Regardez-moi, pour un sourire ou une larme, sans hésiter j’offre mes charmes.

Regardez-moi, faire la chanteuse, triste ou frivole pour faire revivre mes idoles.

Regardez-moi, à trop jouer à faire semblant j’en oublie qui je suis vraiment.

 

Ce soir je veux être ma vie, rire et pleurer comme j’ai envie, ne pas avoir à me cacher derrière des yeux trop maquillés.

Ce soir je veux être ma vie, être accepté tel que je suis,

Et sans regret je vous le dis je suis un garçon travesti.

 

Voilà, tout est dit !

Cela mérite quand même quelques explications…

 

Je suis un homme ordinaire, je m’appelle Adrien Lacassaigne-Vivier, j’étais jusqu’à la fin de l’année 2020 animateur de radio. Mon nom était connu des auditeurs de France Bleu Touraine, mais dans les années « 80 », lorsque je portais des talons aiguilles on m’appelait Bernard : « Bernard des Hirondelles ».  J’étais un artiste à l’ambigüité adroitement apprivoisée… Comprenez un travesti, une drag-queen, un artiste transformiste, selon l’époque, comme vous voudrez… En tous cas j’étais un garçon qui s’habillait en fille pour gagner sa vie.

 

Aujourd’hui je suis à la retraite mais j’enfile encore quelquefois une paire d’escarpins le temps de raconter quelques « carabistouilles » avec des amis de mon village en Touraine. Mais attention, même si c’est épisodique, j’apporte toujours beaucoup de soin au choix de mes souliers, il faut qu’ils soient parfaitement assortis à ma tenue, parce que franchement une vielle folle mal chaussée, il n’y a rien de plus pathétique ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article