La nouvelle revue du Paradis Latin "L'oiseau Paradis"

Publié le par Adrien Lacassaigne-Vivier

La nouvelle revue du Paradis Latin "L'oiseau Paradis"

A ma sortie du Paradis Latin l’autre soir j’ai posté ceci : « Kamel Ouali n’est pas Jean-Marie Rivière » ce qui aurai pu laisser penser que je n’avais pas aimé le spectacle, c’est faux. Je précise donc ma pensée.

Je n’avais pas réservé une table au « Paradis » depuis 1990 et la revue « Viva Paradis », voilà donc près de 30 ans.

La salle n’a rien perdu de sa magie. J’ai adoré la chanteuse qui anime la soirée pendant le dîner, sa voix est divine, son répertoire est parfait. L’idée de faire participer les danseurs déguisés en animaux me semblait de bel augure.

La revue commence par l’apparition d’une danseuse vêtue d’un habit de « Napoléon » seule sur la scène elle se retrouve très vite nue ! Bon soit, et après… Après rien, un tableau s’enchaine. 48h après le spectacle j’ai totalement oublié à quoi ressemblait cette « ouverture ». Je suis pourtant extrême sensible à ce genre de détail. Je connais encore aujourd’hui par cœur les paroles de l’ouvertures de la revue « Paris Paradis » où « Champagne ». Première petite déception.

J’ai vu un beau spectacle certes, mais qui ressemblait davantage à une succession de chorégraphies, comme si j’étais devant l’émission de télévision « Danse avec les stars » ! Les danseurs sont parfaits, les chorégraphies sont parfaites, mais pourquoi n’ai-je pas décollé ?

C’est ici que reviens ma phrase « Kamel Ouali n’est pas Jean-Marie Rivière ».

Je ne suis absolument pas (enfin je l’espère) un adepte du « c’était mieux avant » mais il y a des codes à respecter si l’on veut créer une revue, et je ne suis pas certain qu’ils aient ici tous été honorés.

Parmi ces traditions, les attractions internationales que l’on insert dans la revue. Ici, rien à redire elles étaient parfaites.

La meneuse de revue : La Paradis Latin à misé sur le nom d’Iris Mittenaere, Miss Univers 2016. C’est un bon coup de communication, mais la dame n’était pas là. J’avais pourtant vérifié en réservant ma table, le calendrier de présence de la vedette, mais ce dernier ne devait pas être à jour… Pas de Miss et pas d’explication de l’établissement. J’ai donc découvert une meneuse de revue inconnue. Et c’est ici probablement la plus grosse erreur de Kamel Ouali. C’est danseuse n’avait aucun charisme, rien pour être à cette place. La pauvre est même tombée sur scène ! Ne peut-on lui offrir une « master class » avec Lisette Malidor où Herma Vos ?

Herma Vos

Herma Vos

Venons-en à la présentation, le Paradis Latin a misé sur une jeune femme se présentant comme « la directrice ». J’ai voulu y voir un signe de modernité. La jeune comédienne (humoriste probablement) qui interprète ce rôle a beaucoup de courage et de qualités, mais : ça ne marche pas ! Monsieur Sergio qui se repose en Corse, ne pourrait-il venir passer quelques jours à Paris, retrouver le Paradis et aider cette jeune femme à trouver « la vérité » du rôle qu’elle doit interpréter.

Sergio

Sergio

Il y a également un jeune chanteur formidable, dont le rôle dans la revue est mal défini. Il chante extraordinairement bien, j’ai entendu dire qu’il s’agissait d’un ex-candidat de la star Académy qui n’aurait pas réussi à faire une carrière… Cyril Cinélu. Monsieur Kamel Ouali, votre perle elle est là, et il semblerait que vous soyez passé à côté. Ce garçon est sous exploité.

Cyril Cinélu

Cyril Cinélu

Et enfin il y a l’esprit ! Cet esprit si particulier créé par Jean-Marie Rivière de l’Alcazar au Paradis Latin, la fête, la démesure, le rêve…Rien de tout cela dans la nouvelle revue « L’Oiseau Paradis ». Le Mapping vidéo est roi.

Les serveurs en salle sont majoritairement de beaux jeunes gens mais qui semblent s’ennuyer à mourir… Ils ont bien essayé de les faire un peu participer en les faisant monter sur scène avec quelques plumes… rien n’y a fait, ça tombe à plat. Monsieur Lucien et sa brigade c’est bien fini au Paradis.

Et le final ? Rien, idem, pas de souvenirs, pas de refrain entêtant. Un petit final blanc qui fait tchip !

Un mot sur les costumes, ils sont en général pas mal mais sans être époustouflants. Le final en particulier est d’une triste pauvreté.

Oui Kamel Ouali est un excellent chorégraphe, mais à mes yeux ce n’est pas un créateur de revues. J’ai passé une bonne soirée mais qui ne restera pas dans ma mémoire très longtemps. Herma Vos, Ursuline Carlson, Sergio, Jean-Marie… je pense à vous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article